Mon parcours

Pour faire face à des difficultés au travail, j’ai suivi une psychothérapie à un moment donné, alors que j’étais cadre dans le développement économique. C’est aussi à cette époque qu’un bilan de compétences me dirigeait vers la possibilité de devenir psychologue. Si, à la faveur d’un changement d’emploi, j’ai cessé ma psychothérapie, des difficultés de vie, auxquelles se sont ajoutées de nouvelles difficultés au travail m’ont remis sur la piste de la thérapie. En effet, si j’avais identifié mes dysfonctionnements, je restais incapable de m’en défaire.

Ma cure

C’est en cherchant un.e psychanalyste que j’ai rencontré, par hasard, le rêve éveillé libre. S’il s’agit bien d’une analyse, la méthode puise en nous-mêmes sans solliciter le mental. Ma cure fut pour moi une véritable renaissance ! Je revivais en dépit des difficultés de la vie. J’avais soigné nombre de dysfonctionnements, libéré mon potentiel, contribué à éviter le burn out, etc. Et j’ai naturellement eu envie d’en faire profiter tous ceux et toutes celles que je vois souffrir au travail et/ou de leur héritage d’enfant !

Ma formation en rêve éveillé libre

Les formations initiale et continue, ainsi que les diplômes pour la pratique du Rêve Eveillé Libre sont délivrés par l‘Ecole du Rêve Eveillé Libre. L’Ecole est portée par l’Association de Développement du Rêve Éveillé Libre (Adrél), membre de la Fédération Française de Psychanalyse et Psychothérapie (FF2P). Après avoir fait une cure obligatoire d’un minimum de 30 rêves, j’ai suivi la formation initiale de 2 ans. J’ai pu expérimenter la pratique auprès de proches volontaires, avant de démarrer en tant que « Praticienne », à temps partiel, une fois mon diplôme obtenu.

Je continue de me former grâce à une supervision mensuelle assurée par une professionnelle agréée, selon le code de la déontologie de la FF2P. Et aussi grâce au cursus en continu que j’ai engagé, une fois installée.